Fausses et vraie alertes, l’accouchement s’annonce !

Publié le 5 Septembre 2017

1ère fausse alerte

Fin juillet/début août, j’ai commencé à avoir de plus en plus de contractions, mais jamais douloureuses. J’avais alors peur de ne pas savoir différencier les vraies des fausses contractions.

Le jeudi 3 août, j’ai décidé de laver les carreaux, vu que plusieurs personnes m’avaient dit que c’était radical, qu’après l’avoir fait l’accouchement se déclenchait en général le lendemain. Mon terme était le 8, mais j’en avais tellement marre de traîner mon gros ventre, de supporter la douleur contre mes côtes qui irradiait jusque dans le dos et surtout de mal dormir, que j’avais envie de donner un coup de pouce. Mes mauvaises nuits me donnaient peur de ne plus avoir la force d’accoucher si j’en accumulais encore trop d’ici là !

Pendant que je lavai les carreaux, je remarquai une certaine régularité dans mes contractions… pendant un certain temps, toutes les 10 min. Puis elles se sont espacées, pour devenir négligeables. Un instant j’y avais cru !!

Puis le soir, elles ont recommencé à devenir plutôt régulière, en moyenne toutes les 15 minutes. Bien que toujours pas douloureuses, j’ai commencé à me poser des questions. Du coup, sur le conseil d’une amie, j’ai quand même fini par appeler la sage-femme d’astreinte  vers 22h30. Après descriptions des dites contractions, elle m’a tout de suite assuré que ce n’était pas des vraies contractions. Par contre, j’avais eu des pertes assez liquides dans l’après-midi, et du coup elle préférait faire un contrôle pour vérifier que ce n’était pas du liquide amniotique dû à une possible fissure de la poche des eaux. Seul hic, ce contrôle devait se faire à la Maison de Naissance ; 45 minutes de route pour nous. Nous avons donc réuni toutes les affaires pour l’accouchement dans le cas où ça y est, il faudrait rester là-bas, et en route.

Nous sommes arrivés à minuit. Le contrôle a révélé qu’il n’y avait pas de fuite, et l’examen de mon col, bien fermé, a révélé que l’accouchement n’était pas du tout pour tout de suite…déception… La sage-femme a quand même encore effectué un monitoring pour vérifier que bébé allait bien, et être sûre que les contractions n’étaient pas un début de travail. Tout étant bon, nous avons repris la route de la maison.

Cet épisode m’a par contre donné envie d’accoucher de nuit : l’atmosphère était tellement paisible et tranquille à la maison de Naissance, avec des éclairages doux. C’était une ambiance encore plus tranquille et chaleureuse que de jour.

Et par contre, un mythe s’effondre : laver les carreaux n’a pas déclenché mon accouchement…Après cela, je ne me suis plus du tout préoccupée de mes contractions, puisque j’avais l’assurance que c'en était pas des vraies.

 

2ème fausse alerte

La prochaine avancée eu lieu l’après-midi du 6 août, 3 jours plus tard, quand j’ai commencé à perdre le bouchon muqueux! Ce n’était pas du tout la chose dégoûtante à laquelle je m’attendais, mais simplement des pertes épaisses sanguinolentes, un peu comme celles qu’on peut avoir en fin de règles.

Puis dans la nuit, à 2h du matin, après m’être couchée vers minuit,  j’ai commencé à avoir des contractions différentes : douloureuses dans le bas ventre, la douleur allant en vague, avec une envie de retenir son souffle au moment le plus douloureux de la vague. Comme cela m’avait réveillée et m’empêchait de me rendormir, je me suis levée et ai noté leur fréquence à partir de 5h : toutes les 10 minutes ! C’est resté ainsi jusque 7h du matin, puis elles ont commencé à s’espacer, jusqu’à s’arrêter. Elles ont repris dans l’après-midi, environ toutes les 30minutes. Cette fois, je n’ai pas appelé la sage-femme, car nous devions de toute façon la voir à 17h à la Maison de naissance pour un contrôle. J’espérais fortement que cette fois il y ait quand même un peu de vrai travail dans tout ça, ne pas avoir fait une nuit blanche pour rien !

Hélas…La sage-femme a dit que c’était maintenant de vraies contractions, mais que ça restait un faux travail, que ça pouvait très bien attendre encore plusieurs jours avant que le vrai se déclenche. Elle a dit cependant que tout cela n’était pas inutile et préparait le col : il était devenu tout mou et elle put passer un doigt, et toucher la tête de bébé !

En dehors de cela, elle refit un monitoring. Puis, elle nous emmena de l’autre côté du couloir, pour visiter la maternité rattachée à la Maison de Naissance, pour que nous puissions voir à quoi cela ressemblait, si je devais être amenée à être transférée pendant l’accouchement. Holala quelle contraste après la Maison de Naissance ! Des salles de naissance tout ce qu’il y a de plus traditionnelles, mais paraissant tellement froides et peu accueillantes en comparaison ! Je fis très fort le vœu que tout se passe bien, et de pouvoir bel et bien faire tout mon accouchement dans la Maison !

 

3ème fausse…vraie! alerte

Le soir même, nous avons pris un bon bain avec mon chéri, dans l’espoir que ça calme un peu mes contractions « bidons ». Nous nous sommes couchés vers minuit, et j’étais bien décidé à passer une bonne nuit. Car ma crainte allait grandissant qu’à force de ne pas ou presque dormir, je n’ai plus la force d’accoucher le jour J !

Hélas, à 1h10, alors que je venais à peine de m’endormir (couchée à minuit ne voulait pas dire endormie à minuit…) j’ai été réveillée brusquement par une contraction bien douloureuse. Cette fois, refusant de passer à nouveau une nuit comme la dernière, j’allais prendre de suite un cocktail que m’avait préparé la sage-femme, et qui selon elle stopperait les contractions de faux travail : 2 Spafons, un Doliprane et un comprimé de magnésium. Je me recouchai sûre de dormir. Que nenni, le cocktail n’eut aucun effet… J’attendis un peu, puis je me suis levée, car les contractions étaient vraiment trop douloureuses au niveau du bas ventre en restant couchée.

Je me suis mise devant une série sur mon ordinateur, et à chaque fois que je sentais une contraction venir (environ toutes les 10 minutes), je me levais et  marchais, en me tenant bien droite, les épaules en arrières, et en soufflant bien. Ça a continué ainsi jusque 8h30, j’ai eu le temps de faire quelques kilomètres dans la maison ! A 7h j’ai appelé la sage-femme,  mais malheureusement elle m’a dit qu’un espacement de 10min entre les contractions n’était pas encore assez significatif, surtout si c’était sans changement depuis 6 heures. Elle me dit de la tenir bien sûr au courant, mais que peut-être ça ne serait encore que pour demain voir après. Haaaarg !!!

Les contractions ont continué à peu près à la même fréquence jusque 10h30, puis ont commencé à s’espacer toutes les 20min. Comme mon chéri était maintenant réveillé et avait renoncé à aller travailler, il pouvait m’aider à me lever vite au moment de la contraction, me permettant d’un peu me reposer entre. Autrement seule, une fois la contraction démarrée, je n’arrivais plus trop à bouger,  et elles étaient trop pénibles en restant allongées ou assises. Nous avons assez vite adopté une position proche de celle de la dernière photo de mon article sur la gestion des contractions: chéri s’asseyant sur une chaise, et moi m’accroupissant en laissant le poids du buste aller sur l’arrière, en prenant appui sur ses genoux.

A 14h, les contractions s’étaient remises à être régulières toutes les 10min. Entretemps, la sage-femme nous avait donné un rendez-vous au cabinet à 17h pour faire le point. J’espérais que 16 heures de contractions auraient quand même donné quelque chose, une petite ouverture du col à ce stade serait appréciable!

Je redoutais le trajet en voiture, car là bien obligée de rester assise…Mais en mettant le siège en arrière et en contrôlant bien la respiration, ce fut tout à fait gérable. Au cabinet, la sage-femme refit un monitoring, qui confirma grosse contraction toutes les 10 minutes, avec une petite au milieu à 5 minutes… puis contrôlât mon col : rien de nouveau à ce niveau là; il était juste plus court, presque effacé maintenant…  

A nouveau, elle nous dit que malheureusement, ça pouvait stagner à ce stade encore facilement une journée. Que c’est que quand il y aurait de réelles contractions intenses toutes les 5 minutes, que le travail serait confirmé comme étant en route. Je commençai à vraiment me dire que j’y croirais que quand je perdrais les eaux…

Nous prîmes le chemin du retour, et là dans la voiture, la contraction au milieu à 5 minutes, commença à devenir aussi intense que celle à 10minutes. Le temps d’arriver à la maison, c’était confirmé que j’avais bien maintenant des contractions toutes les 5 minutes. Mais nous avons encore attendu avant de rappeler la sage-femme, afin d’être sûrs. Nous finîmes par le faire vers 20h je crois, et là ça y est, il fut décidé de se mettre en route pour la Maison de Naissance ! Il fut convenu de se retrouver là-bas pour 22h. Etait-ce enfin la bonne ??!

Repost 0
Commenter cet article